Compte rendu de l'AG du 24 mars 2016

ASSEMBLEE GENERALE DU 24 MARS 2016

 

 

Présents : Serge BOUCHENY, Maud CHALON, Claude  DOUCET, Lucien ESQUILAT, Robert FOURMENTAL,  Claude GODART, Pierre GUILMIN,  Dominique GUYOT, Jean Pierre HALAJKO, Alain JANVIER, Christian JOUANNO, Michel LEGAC  Henri SOUQUES, Thierry SOVY, Michel VILAINE

 

Ordre du jour :

 

9 H 30 : commencement des travaux avec pour ordre du jour :

  1. Rapport d’activité 2015
  2. Bilan Financier : Etat des adhérents et cotisations
  3. Projet 2016 et appel à propositions et suggestions
  4. Développement de l’association

5) Information sur les Biographies

6) Activité du site internet

7) Election du Bureau

8) Questions diverses

 

Hommage aux disparus :

 

 Claude GUIBERT membre du bureau de notre association. Une minute de silence est observée à sa mémoire.

 

Rapport d’activité 2015 : Claude Godart

 

Notre assemblée générale se tient dans un lieu mythique, le musée de Villaroche. Nous remercions l’association du musée et son président de nous avoir prêté leurs locaux. Nous ferons la visite de ce musée cette après midi vers 14h30.

Nous remercions le service archivage pour l’aide qu’il nous apporte.

 

Nous remercions aussi le syndicat CGT de Villaroche et son CE où nous irons prendre un buffet froid vers 12h30 avec, nous l’espérons, de nombreux camarades actifs.

 

Avant de vous commenter notre bilan financier, le bilan d’activité et des propositions pour notre activité future permettez- moi d’intervenir sur 2 événements actuels et importants.

 

Le premier

Nous sommes ici dans un lieu historique où les salariés de Gnome et Rhône, de la SNECMA et de ses filiales ont élaboré et construit la majorité  des pièces et matériels exposés ici.

Nous avons fêté les 70 ans de la SNECMA  l’année dernière. Pourtant, le grand patronat et le gouvernement au service de la finance viennent de rayer d’un coup de gomme le nom de notre société nationale de la carte.

 

C’est la disparition de marques prestigieuses et fleuron de l’industrie aéronautique française de part ses produits innovants et de haute technologie imaginés et réalisés par des ouvriers compétents attachés à leur travail et à leur entreprise et fiers de porter leur nom : Snecma, Messier Bugatti, Hispano Suiza et autres comme SEP,  Elecma,  Turboméca,  Labinal…etc.

 

Certes déjà, le nom de SNECMA était devenu un nom commun complètement déconnecté de son origine et de sa finalité de 1945 avec le regroupement de sociétés de fabrication de moteurs d’avions dont certaines avaient collaboré et/ou spéculé pendant la guerre avec l’ennemi.

 A partir de Gnome et Rhône, Renault aviation, Lorraine et d’autres…, la Société Nationale d’Etudes et de Construction de moteurs d’Avion  avait été constituée : la SNECMA.

Pour faire oublier, entre-autres, son origine de 45  et préparer sa privatisation, la grande SNECMA  s’était vue dénommer par le patronat  vulgairement snecma (en minuscule) pour faire oublier son identité primordiale d’études et de constructions dans une entreprise nationalisée.

 

Peu de salariés du groupe SAFRAN se souviennent ou connaissent cette page d’histoire et comment nous sommes arrivés à ce groupe capitaliste (où tout est basé sur une rentabilité à deux chiffres,  le versement maximum de dividendes aux actionnaires au détriment des salaires et de l’emploi).

 Nous avons raison dans notre devoir de mémoire de relater l’histoire réelle de notre société et d’informer les salariés du groupe. L’histoire est vite tronquée et oubliée.

 Notre brochure éditée l’année dernière sur les 70 ans de la nationalisation et de la naissance de la SNECMA.est là pour rappeler cette histoire et aider nos syndicats dans leurs argumentations.

 

 

Le deuxième point :

L’année dernière notre AG se tenait à un moment où nous faisions face à une multitude d’attaques du patronat et du gouvernement : pertes de pouvoir d'achat, blocages des salaires et pensions, la sécurité sociale l’ARCO et l'AGIRC, les reculs sociaux de la dernière loi MACRON véritable déréglementation de la vie sociale.

Aujourd’hui, rien n’a changé bien au contraire. Nous sommes confrontés retraités, actifs, jeunes à de  nouvelles attaques du gouvernement qui veut appliquer sa loi EL KHOMRI : véritable régression sociale et casse du code du travail et l’installation d’encore plus de flexibilité.

De nombreuses manifestations ont déjà eu lieu le 9 mars, le 10, le 17 encore aujourd’hui et surtout, nous devons préparer celle du 31 mars que nous nous devons de réussir.

 

 

 

BILAN D’ACTIVITE :

               

Notre association a commencé son activité il y a 11 ans et a été créée depuis 10 ans.

Le devoir de mémoire effectué pendant ces années a été important avec un certain nombre de livres et brochures

 

  • Le Moteur d’avion, de Serge BOUCHENY
  • 25  bulletins des Cahiers de l’histoire
  • Mai 1968 à la SNECMA
  • 1988 : panne de réacteur à la SNECMA
  • Les 120 ans de la CGT
  • La création d’expositions sur 1968 et 1988
  • La lutte contre le présentéisme
  • La participation à des débats dans les comités d’entreprise et dans des municipalités
  • Notre contribution dans de nombreux colloques et dans nos différents instituts d’histoire
  • Un travail avec des universitaires
  • Un travail d’archivage

 

 

Nous avons sorti 3 bulletins en 2015 et nous en sommes au numéro 25.

Dans ces documents nous avons traité :

 

Une action syndicale à la mécanique générale de Corbeil en 81 pour obtenir des lunettes de sécurité

La Manifestation en 81 des salariés de la SOCHATA chez Edith CRESSON à Châtellerault

Notre contribution au colloque fédéral de PERONNE sur la guerre 14/18 avec

« Le ministère du travail et les femmes à l’épreuve de l’économie de la guerre ».

De nouveaux témoignages sur l’école d’apprentissage de Corbeil et Kellermann

Les vacances des élèves de l’école de Gnome et Rhône (camp Jublain)

 Le destin d’ouvriers de Gnome et Rhône par Alexia Brun

Sur le début de la privatisation de la Snecma, un article sur le rassemblement de 5000 cadres au Zenith

Un travail de récapitulation de tous les articles a été réalisé par Henri et Dominique

Notre site internet réalisé et mis à jour par Thierry (+ de 12  000  consultations). Vous pouvez ainsi y trouver la totalité des 25 bulletins, des articles complets dont nous n'avons publié que des extraits, d'autres informations et photos.

D’autres camarades comme  Claude Doucet, Dominique Guyot ou Serge écrivent dans de nombreuses publications extérieures

Nous avons participé aux différents travaux des IHS-CGT métallurgie, Ile de France et confédéral et à différents colloques.

Dominique et Serge ont aidé Alexandra BRUN dans sa recherche et constitution d’un mémoire et exposition sur le destin d’ouvriers dans une entreprise de guerre  Gnome et Rhône. Cette exposition a été exposée ici en Novembre et Décembre. Il est regrettable que nos syndicats ne se soient pas intéressés à cette exposition et n’aient pas publié l’information aux salariés. Cette expo méritait d’être vue et nous allons la proposer aux Comités d’entreprises.

 Nous essayons d'avoir des relations étroites avec nos syndicats actifs et retraités mais nos rapports avec nos actifs ne sont pas réguliers. C'est un problème récurrent car du fait  de  leurs activités multiples, ils ont du mal à nous consacrer du temps et à devancer l'histoire de notre société.

 Pourtant la disparition de SNECMA au détriment de Safran aircraft engines mériterait un autre combat en commun.

Nous avons aidé le CE de Gennevilliers à monter son expo sur les 70 ans des CE, notre brochure a aidé et aidera lors d’un débat prévu. 

 

Nous essayons aussi d'avoir des contacts plus réguliers avec des instituts d’histoire de l’aéronautique de l'aquitaine et de midi Pyrénées 

Nous avons sorti notre brochure sur les anniversaires avec des dossiers très détaillés

Les 120 ans de la CGT

Les 70 ans de la sécu, des CE, le CNR, les nationalisations,

Les 40 ans du CFM

 

Serge et Dominique ont travaillé aussi sur une liste des fusillés et déportés de nos entreprises durant la dernière guerre. Ils ont déjà fait un travail important mais celui-ci est  énorme et fastidieux. Maud  s’est proposée pour les aider. Sur ce sujet je tiens tout particulièrement à remercier le service archives de Snecma Villaroche et sa responsable qui nous ont considérablement aidés.

,

Pour notre activité future 2016 et 2017 j'ai plusieurs propositions à vous faire, je compte aussi sur vous pour nous en faire

 

LES PROJETS 2016/2017 :

 

Je vous propose :

De continuer à travailler sur les nationalisations et le cheminement de l’ouverture du capital à la privatisation de Snecma avec les ventes successives  des parts de l’État.

Les batailles sociales et économiques qu'a menées la CGT avec les salariés.

 

De continuer le travail sur les déportés et fusillés afin d’arriver à élaborer un document récapitulatif sur les martyrs. A ce sujet je pense que nous devrions honorer ces victimes lors de la journée qui leur est consacrée le 27 mai, journée nationale de la résistance.

 Pourquoi ne pas distribuer avec les actifs un tract qui rappelle cette période, les sacrifices humains, la liste des fusillés disparus et déportés et déposer une gerbe là où il y a des plaques de commémoration

De voir avec nos syndicats d’actifs et de retraités comment travailler ensemble, les moyens modernes d’information peuvent y contribuer activement.

Nous allons aussi essayer de nouer des contacts avec l’association  du musée  et la direction SNECMA sur la possibilité de mieux travailler avec eux. Dès cet après-midi, nous sommes reçus par le Président du musée et une lettre est en cours d’élaboration pour le PDG de la SNECMA.

Nous allons essayer d’avoir des contacts plus réguliers avec les IHS de l’aéronautique.

 

 

Bien sûr nous allons continuer à participer activement aux travaux  et différentes initiatives des instituts d’histoire.

Avec nos syndicats et CE, nous allons faire connaître l'histoire sociale de la CGT et du monde ouvrier sans faire la leçon,  tout en apportant notre expérience militante.

 

Nous avons toujours besoin d’articles, témoignages personnels, de photos. Ceux-ci peuvent nous être prêtés donc restitués ensuite ou donnés pour archivage, Notre ami Lucien s'en occupera.

 

Place au débat :

 

Alain Janvier explique l’absence des élus de Villaroche par la multiplication des réunions.

La composition socio professionnelle des centres a changé et nous devons en tenir compte. Le travail ouvrier part à l’extérieur et le pourcentage des ouvriers dans SNECMA continue sa baisse. A Villaroche, c’est un ingénieur qui est secrétaire du CE.

Il rappelle quelques uns des principaux éléments constituant le plan stratégique actuel du Groupe SAFRAN, annoncés par le  nouveau PDG (M. Petitcollin)  :

1) renommage des principales filiales, faisant disparaitre le nom des anciennes sociétés

2) soutien au projet décidé par son prédécesseur, de regroupement des activités spatiales avec celles d’AIRBUS. La CGT a rejeté ce projet, mais Bruxelles emble vouloir mettre son véto (au  moins  jusqu’à  l’été prochain).

3) MORPHO : développement et production des dispositifs de sécurité (contrôle  biométrique, …). Le groupe SAFRAN a consacré près de 2 milliards € pour acheter des Entreprises aux Etats-Unis qui développent des activités relevant de la sécurité des personnes. Elles ont été regroupées dans la filiale MO RPHO. Or, on  apprend récemment que la Direction SAFRAN voudrait vendre  MORPHO ce qui soulève 3 problèmes :

  • On consacre une somme équivalente à  la masse salariale du Groupe pour faire de la croissance externe, alors que les salaires ne progressent pas, et que de telles sommes pourraient être utiles dans le développement des activités du Groupe : 1ère aberration,
  • On s’apprêterait à revendre ce qu’on vient d’acheter : 2ème aberration,
  • On vendrait une activité qui affirme détenir  une des plus hautes compétences mondiales dans la sécurité des aéroports, à un moment où l’on nous dit que le Terrorisme met en danger la sécurité des aéroports en France et en Europe : 3ème  aberration.

Par ailleurs, l’histoire que construit la Direction Générale est pleine de pages blanches. Si l’on ne mène par une activité de mémorisation des grandes activités industrielles  dont SNECMA, mais aussi SAFRAN ont été le cœur,  personne ne le  fera, et la mémoire s’éteindra. Or, on ne construit pas  l’avenir en tuant la mémoire des femmes et des hommes qui en sont les premiers constructeurs.

Dans l’histoire officielle dont se veut porteuse la  Direction SAFRAN, la stratégie est écrite mais tout le reste, y compris ce qui la  gêne, n’est pas écrit, voire est effacé.

Le changement de nom est déstabilisant pour tous. Le personnel de Turboméca a fait grève

.

Robert Fourmental nous informe que la SNECMA Corbeil a 50 ans. Le CE souhaite faire une expo pour faire connaitre son histoire. La CGT a été contactée mais au vu des rapports entre la CGT et la CFDT, il faut réfléchir au contenu de l’expo. On ne sait pas ce que veut faire la Direction en Septembre.

 

Serge Boucheny : Sur l’histoire, c’est un enjeu économique mais aussi politique. On supprime l’histoire dans les écoles, on supprime l’histoire des gens qui se battent, Il faut continuer à parler des luttes passées.

Pour l’avenir, il faut mettre sur la table la question de l’IHS métaux branche Aéronautique car en élargissant, on acquiert de l’autorité. On fournit aux historiens de la matière. Nous, nous ne sommes pas historiens.

Sur les fusillés : Nous travaillons avec le Maitron. Il faut travailler avec les comités. Il faut montrer qui étaient les fusillés. Notre travail qui est très lourd avance

 

Thierry Sovy  pense que l’on doit préparer l’avenir. Les pages blanches de la stratégie de la DG doivent être remplies par nous. Il faut rester sur l’histoire sociale et montrer les succès. Mutuelle -1988- etc… Gagner la reconnaissance de notre association dans le mouvement syndical.

 

Claude Godart : l’exemple est dans les 40 ans du CFM 56, pas un livre sur le CFM 56 ne parle des batailles du personnel pour sa naissance.

Il faut être dans l’expo de Corbeil pour montrer le rôle de la CGT dans la défense du personnel lors de l’installation du centre.

 

 Henri Souques informe que le travail de notre AHS est bien perçu à Gennevilliers. Une exposition sur les 70 ans des CE est en préparation. Marie-Neige se sert de notre document sur les anniversaires pour faire les tableaux. Notre document est distribué au personnel. Cette expo sera disponible pour l’ensemble des CE qui en feront la demande.

Par contre, il n’en est pas de même dans d’autres CE dont le mien à SQY.

Pour le changement de nom de l’AHS SNECMA, il faut rester prudent et il est urgent d’attendre. Notre histoire, c’est la SNECMA, ce n’est pas SAFRAN.

 

Claude Doucet pense qu’il faut faire le lien avec 1945. Il se sent mal à l’aise dans les célébrations car il faut que les célébrations puissent servir aux actifs.

Pour l’ouverture du centre de Corbeil le 29 août, il n’y avait que les champs et un bloc de béton.

Il y avait une grande expérience syndicale (Frédo Preiss et Pierre Benoit) qui a empêché la Direction de casser la CGT. Nous nous sommes battus et nous avons remporté les élections. Nous avons obtenu de vivre debout et nous avons participé à la bataille pour le civil.

Sur l’initiative de CE Corbeil, c’est un oui mais car l’objectif de la CFDT et de la Direction est une page blanche à ce jour mais cela reste de la responsabilité des actifs CGT.

 

Michel Legac revient sur la notion d’effacer les pages blanches qui donnent un sens à ce que l’on fait. La nouvelle entité de SAFRAN est faite pour servir la soupe aux financiers et faire oublier que la politique est de vendre ce qui ne rapporte pas assez.

Pour l’expo de Corbeil, il y a du chemin à faire sur l’histoire. En  exemple, la nouvelle salle des sports au CE de Corbeil qui a été nommée GROSSELET. Rien n’a été écrit sur son passé de résistant, son histoire de fusillé et cela est passé comme une lettre à la poste avec la CGT des actifs.

Nous avons un rôle à jouer pour alimenter les actifs et enrichir le patrimoine commun et  faire effacer les pages blanches de l’histoire. Sur le travail sur les fusillés, il faut mesurer ce que l’on fait.

Il faut intervenir sur ce que les gens vivent aujourd’hui (retraite- 1988) et on a intérêt à garder le nom AHS Snecma pour se faire entendre.

 

Claude Godart  pense qu’il faut garder notre appellation AHS SNECMA, il ne faut pas la changer. Sur notre logo, histoire sociale de la SNECMA doit rester.

Notre boite internet a été consultée 12 000 fois mais toujours autant de mal à nous développer et à faire participer les actifs CGT à W

Le débat sur la lutte de 88 et l’expo d’Alexia Brun n’ont eu aucun actif CGT pourtant notre activité doit rester en lien avec les actifs.

Sur l’expo de Corbeil, on ne pourra pas mettre n’importe quoi et  une réflexion doit être menée.

 

Thierry Sovy cite l’exemple de la salle du CE Ambroise Croizat où rien n’est écrit sur son histoire ; Il faut réfléchir sur le fonctionnement de notre association. Je suis convaincu que l’ensemble des syndicats ne connaissent pas notre association.

 

Claude Doucet sur la stèle de Corbeil fait le lien avec la salle des sports de Corbeil. C’est une page blanche qui sert à estomper le passé.

Sur la stèle de Corbeil, c’est Jean Le Hen qui a fait transférer la plaque de Kellermann à Corbeil. Son inauguration a eu lieu le 8 novembre 1974.

 

Lucien Esquilat était hier aux prud’hommes de Paris. Il a discuté avec une greffière du tribunal qui ressent que les militants ne se battent plus.

En 1965-66, il y a eu des discussions avec la mairie du 13 ème sur le départ de Kellermann (30 % du personnel habitait l’arrondissement).

L’esprit a changé dans les centres.

 Il faut réfléchir sur SNECMA-SAFRAN, comment travailler là-dessus.

 

 Alain Janvier revient sur les éléments qu’il faudrait mettre sur la table. Safran a été créé au nom du soi-disant rapprochement naturel qu’il y aurait eu entre les moyens de communications que permettent à la fois le transport aérien symbolisé par les moteurs  SNECMA, et les moyens de communications que permettent les technologies de télécommunications symbolisés par le téléphone portable SAGEM. Peu après la création du Groupe SAFRAN, l’activité téléphones  portables a été vendue à des fonds d’investissement qui n’ont que faire du développement de l’industrie ou de l’emploi, mais qui ne raisonnent que finances. Néanmoins, les luttes sociales se sont développées dans tout le groupe SAFRAN depuis sa création. En témoigne l’énorme conflit qu’a généré le projet de fusion entre THALES et SAGEM, projet avancé par le  ministre des finances de l’époque, N. Sarkozy. Ce conflit (en 2011) s’est soldé par un succès des salariés. L’idée qu’une coopération entre les 2 groupes (Thales et SAGEM) pouvait prendre la forme qu’a revêtu la coopération GE – SNECMA, avancée par la CGT, dès   le début du conflit était taxée de farfelue. Elle a permis pourtant de mettre en échec le projet de fusion ou de restructuration (à part pour la  filiale SOFRADIR). C’est dire que l’Histoire est bien là pour servir la construction du futur.

Pour rappel,  la privatisation de la SNECMA a donné lieu à une initiative de la part de la  CGT (Mai-Juin 2004) consistant en un referendum à bulletin secret dans tous les Etablissement  du Groupe SNECMA qui  a donné une participation de  plus de 60% des salariés et près de 90% des exprimés contre le projet. Les élections au Conseil d’Administration du Groupe SNECMA ont donné une progression de +10% pour la CGT. Ce furent les dernières élections de ce type. Au  conseil d’administration du Groupe SNECMA qui suivit (et qui devait être le dernier de ce type), la CGT présentait un candidat (pour la forme) qui lut une profession de foi en séance. J.P. Béchat fut réélu PDG et se prononçait  pour la   création de SAFRAN.

La CGT fit alors une déclaration rappelant les origines de la création de la Société SNECMA, qui puisait  sa source dans le refus de la coopération des Dirigeants industriels de l’époque avec le régime nazi. Alors que la CGT lisait cette partie de la déclaration, le  PDG interrompt le conseil sous le prétexte que la CGT le traitait de « nazi » et        lève la séance. La CGT réplique que c’est absolument faux et précise que la déclaration CGT serait transmise aux salariés, ce qui fut fait, en déclarant qu’eux-mêmes  jugeront.

Alain JANVIER conclut en disant que, par souci historique, il serait bon que les salariés puissent disposer de ce type d’information qui fait  partie de l’Histoire des  Groupe SAFRAN  et SNECMA.

Il doit y avoir réflexion sur l’AHS pour plus tard et je donne quelques propositions.

  • Récupérer le discours de clôture CGT du dernier Conseil d’Administration pour prévoir une publication dans les cahiers AHS
  • Constituer un collectage des « pages blanches » dans l’histoire de Snecma- Safran telles que retranscrites par les Directions successives.
  • Mises en place des boîtes à lettre AHS dans chaque établissement (groupe et filiales) où il existe une implantation syndicale CGT ;
  • Prévoir sous forme de sessions ou de conférence des interventions de l’AHS dans le cadre des formations syndicales
  • Faire évoluer l’appellation AHS vers AH3S (Association d’Histoire Safran Snecma Sagem)
  •  

Thierry Sovy est pour une rencontre avec la Direction Générale pour avoir la possibilité de consulter les archives et de nous apporter une aide qui peut être financière ou autre. Cela ne pourra se faire qu’avec l’accord du syndicat CGT.

Sur le Directeur du Musée SAFRAN, celui-ci est un cadre encore actif. C’est un poste mis en place par la Direction Générale.

 

Serge Boucheny  voudra le voir pour lui présenter la maquette que l’on fait sur les fusillés.

Dominique Guyot pense que pour les martyrs, on doit cibler sur 39/45 mais il ne faut pas oublier ceux qui sont morts pour la production.

 

Claude Doucet : l’AHS pourrait faire et construire  des conférences. Pour la formation syndicale, on aura du mal à s’introduire dans les formations CGT qui sont surbookées

.

Serge Boucheny a proposé avec Claude de faire des interventions dans les formations.

ELECTION DU BUREAU :

 

Henri Souques rappelle les membres du bureau sortant et fait appel aux candidatures. Fabrice Bernardi ne souhaite pas faire partie du nouveau bureau.

Pour le remplacer, nous allons proposer à Gennevilliers de nous trouver un candidat.

Maud Chalon est volontaire pour renter au bureau et sa demande est acceptée à l’unanimité de l’AG.

 

L’assemblée générale adopte à l’unanimité le nouveau bureau

 

BUREAU AHS SNECMA  (mis à jour le 12 avril 2016)

 

CHALON

Maud

16 chemin de la cave au renard

ECHARCON

91 540

01 64 57 13 92

 

maud.chalon@free.fr

MEMBRE

 

BOUCHENY

Serge

98  rue Brillat-Savarin

PARIS

75 013

01 45 83 91 82

 

serge.boucheny@wanadoo.fr

PRESIDENT

 

ESQUILAT

Lucien

77 rue de Charonne

PARIS

75 011

01 43 67 35 75

 

 

ARCHIVES

 

GODART

Claude

39  Av. Molière

NANGIS

77 370

01 64 08 17 42

05 55 62 93 23

06 33 58 71 34

clgodart@laposte.net

SECRETAIRE GENERAL

TRESORERIE

 

GUYOT

Dominique

208 rue de Tolbiac

PARIS

75 013

01 45 65 01 40

 

Domguyot75@wanadoo.fr

REGION ILE DE FRANCE

 

JANVIER   

Alain

UL CGT 18 rue Véron

ALFORTVILLE

94 140

 

06 76 63 45 08

alain-h.janvier@orange.fr

MEMBRE

LEGAC

Michel

 

16 rue du

Moulin Joli

VIRY-CHATILLON

91 170

01 69 96 72 13

 

legac.m@wanadoo.fr

MEMBRE

 

MESAS

André

5 rue Leredde

PARIS

75 013

01 44 23 90 20

06 89 04 99 26

a-mesas@voila.fr

ARCHIVES

 

SOUQUES

Henri

1 rue des Postillons

SAINT DENIS

93 200

01 48 26 00 21

06 88 19 01 28

henri.souques@wanadoo.fr

SECRETAIRE

 

SOVY

Thierry

3bis route

de Provins

DONNEMARIE-

DONTILLY

77 520

01 64 01 39 69

06 99 42 09 32

 

thierry.sovy@free.fr

BULLETIN – COMMUNICATION

PROPAGANDE

 

        VILAINE

Michel

3 rue Victor Hugo

NITRY

89 310

 

06 87 28 09 41

vilainemichel@orange.fr

MEMBRE

 

 

 Claude Godart conclut la réunion et informe l’aide apportée par Gennevilliers et Villaroche sous forme d’achat de livres pour notre publication sur les 70 ans de la Snecma.

Pour l’expo de Corbeil, ce sera difficile de se mettre d’accord mais on peut la faire nous-mêmes.

 

La rencontre débat des anciens de la métallurgie est programmée le mercredi 27 avril 2016 à Montreuil avec pour thème « 1936-1946 »

 

Un colloque est programmé à Montreuil par l’IHS nationale le 24 et 25 novembre 2016 sur « la CGT à l’épreuve des crises dans les années 1970- 1990 ». Une contribution de l’AHS nous a été demandée sur la lutte pour les 1500 francs en 1988. Elle sera présentée le 25 novembre 2016.

 

L’assemblée générale se clôture à 12 h 30 avec un apéritif fraternel